0 805 035 405 contact@groupesari.com

L’eau de notre planète est présente sous diverses formes : liquide avec l’eau, solide avec la glace et gazeuse avec la vapeur. Si la terre est surnommée la Planète Bleue, c’est parce qu’elle est composée à 70 % d’eau. L’eau salée représente 97 %, contre 3 % pour l’eau douce. Cette eau circule en circuit fermé et se recycle à l’infini.

Les réservoirs d’eau

Eau salée et eau douce

L’eau salée se trouve dans les mers, les océans et les banquises. Elle tire son sel des roches et minéraux avec lesquels elle entre en contact.
L’eau douce de la terre est stockée à :

  • 76 % dans les glaciers ;les états de l eau

  • 22,5 % dans les nappes souterraines ;

  • 1,26 % dans les cours d’eau : lacs, rivières, étangs, etc. ;

  • 0,04 % dans l’air : nuages, brouillard, brume, pluies…

Les flux entre les réservoirs

L’évaporation

La chaleur et le soleil font évaporer l’eau sous forme gazeuse. L’eau salée s’évapore, mais sans le sel, ni les impuretés qu’elle contient dans les mers, océans et banquises. L’eau douce présente sur terre qui s’évapore dans l’atmosphère est puisée dans les rivières, les fleuves, et l’ensemble des cours d’eau, mais aussi dans les végétaux, les animaux, les hommes et les sols. On parle alors d’évapotranspiration.

La condensation

L’ensemble de cette vapeur se refroidit au contact de l’atmosphère et se transforme en gouttelettes pour former la brume, le brouillard et les nuages. Les nuages se déplacent au gré du vent et se chargent toujours davantage de vapeur d’eau.

Les précipitations

Les nuages s’alourdissent, puis finissent par se disloquer à cause de la gravité terrestre. Ils provoquent des précipitations sous forme de pluie, grêle et neige. Cette eau retombe à 79 % dans les océans, et les 21 % restant sur terre. Les mers et océans sont également alimentés par les fleuves.

Les précipitations qui tombent sur la terre alimentent les nappes phréatiques souterraines, par ruissellement ou infiltration. Elles viennent aussi gonfler les cours d’eau déjà existants, recréent les cours intermittents, ou créent de nouveaux cours d’eau. De nombreux cours d’eau sur terre passent une partie de l‘année à sec.

L’eau passe donc de la terre à l’atmosphère, puis de l’atmosphère à la terre, dans un cercle infini. Tous ces flux entre les réservoirs sont interdépendants.

Cycle atmosphérique et cycle profond

Le cycle de l’eau est lui-même composé de deux cycles qui sont superposés : le cycle atmosphérique et le cycle profond. Ces deux cycles échangent des volumes d’eau par l’intermédiaire des sources d’eau chaude et des geysers qui sont des remontées directes depuis le cycle profond pour sortir dans le cycle atmosphérique. le cycle de l'eau

Dans l’autre sens, l’infiltration de l’eau des cours d’eau et des précipitations retourne dans les nappes en profondeur. Il faut cependant tenir compte de la nature de certains sols qui conservent les pluies en surface et ne permettent pas de recharger les nappes.

L’eau sert dans ce cas à la croissance des végétaux et le reste retourne par ruissellement dans les cours d’eau. Il s’agit des zones les plus inondables par les pluies abondantes qui ne sont pas filtrées par les sols. Dans ce cas, les rivières jouent un rôle primordial dans le rechargement de l’eau souterraine.

Les nappes souterraines sont classées en deux catégories : les nappes phréatiques proches de la surface du sol et les nappes captives plus profondes. L’eau qui s’infiltre sous la croûte terrestre est stoppée par le magma souterrain.

La durée moyenne de stockage de l’eau dans les réservoirs naturels est variable : 9,5 jours dans l’atmosphère, 17 jours dans les rivières, 1,8 an dans les sols, 30 ans dans les lacs d’eau douce, 3000 ans dans les océans et 10 000 ans dans les glaciers.
Si vous souhaitez en savoir plus sur le phénomène naturel du cycle de l’eau, vous retrouverez des informations et des articles connexes sur ce lien : le voyage de l’eau à travers la Terre